IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Au moins 59 % des développeurs Rust l'utilisent occasionnellement au travail et 23 % l'utilisent pour la majorité de leur codage,
Selon une enquête sur l'écosystème du langage

Le , par Bill Fassinou

60PARTAGES

4  0 
L'équipe Rust a publié mardi les résultats de l'édition 2021 de l'enquête sur l'écosystème Rust (Rust Survey). L'enquête, menée en décembre et qui a interrogé 9354 personnes dans 113 pays et territoires différents, a révélé que l'utilisation de Rust en production a progressé, mais de nombreux défis restent à relever pour améliorer le langage. Parmi les répondants qui utilisent Rust, 59 % l'utilisent occasionnellement dans le cadre de leur travail et 23 % l'utilisent pour la majorité de leur codage. Il s'agit d'une forte augmentation par rapport à 2020 où seulement 42 % des répondants utilisaient Rust au travail.

La communauté et l'utilisation de Rust continuent de croître

Rust Survey 2021 révèle que la communauté du langage continue de croître. L'équipe a rapporté que cette édition de l'enquête a obtenu le plus grand nombre de réponses complètes (9354 répondants), dépassant le total du Rust Survey 2020 d'environ 1500 réponses. Environ 90 % des répondants ont déclaré utiliser Rust pour n'importe quel usage, tandis que 5 % ont déclaré avoir utilisé Rust à un moment donné dans le passé, mais ne plus le faire, et 4 % ont déclaré ne pas avoir encore utilisé Rust du tout. L'enquête a été proposée en 10 langues dans 113 pays et territoires différents, mais la majorité a répondu en anglais.



L'anglais n'est pas la langue de prédilection de tous les rustacés (les utilisateurs de Rust), puisque près de 7 % d'entre eux préfèrent ne pas utiliser l'anglais comme langue de communication technique. En outre, 23 % des répondants préfèrent une autre langue que l'anglais. Les langues les plus couramment préférées (outre l'anglais) suivent à peu près le lieu de résidence des rustacés, le chinois simplifié, l'allemand et le français étant les trois premières. Cependant, les Japonais, les Chinois et les Russes sont les plus nombreux à préférer ne pas utiliser du tout l'anglais pour les conversations techniques.

En somme, environ 78 % des répondants ont répondu en anglais, suivi du chinois simplifié (6 %), de l'allemand (4 %) et du français (3 %). En matière de région, les États-Unis sont le pays le plus représenté avec 24 %, suivis par l'Allemagne (12 %), la Chine (7 %) et le Royaume-Uni (6 %). Par ailleurs, le nombre de personnes utilisant Rust continue d'augmenter. Parmi ceux qui utilisent Rust, 81 % le font actuellement au moins une fois par semaine, contre 72 % dans l'enquête de l'année dernière.

Soixante-quinze pour cent de tous les utilisateurs de Rust disent pouvoir écrire du code prêt pour la production, bien que 27 % disent que c'est parfois difficile. Dans l'ensemble, les utilisateurs de Rust semblent prendre beaucoup de plaisir à écrire du code Rust. Le rapport estime que seulement 1 % d'entre eux affirment qu'il n'est pas amusant à utiliser. Seul un quart de pour cent estime que Rust ne présente pas de réel avantage par rapport aux autres langages de programmation.

Courbe d'apprentissage de Rust et baromètre de satisfaction

« Rust peut maintenant être classé sans risque comme un langage utilisé par des personnes dans un cadre professionnel », peut-on lire dans le rapport. Parmi les personnes interrogées qui utilisent Rust, 59 % l'utilisent au moins occasionnellement au travail et 23 % l'utilisent pour la majorité de leur codage. L'équipe a déclaré qu'il s'agit d'une forte augmentation par rapport à l'année dernière où seulement 42 % des répondants utilisaient Rust au travail. Elle ajoute que l'adoption de Rust au travail semble suivre un chemin long, mais finalement utile pour beaucoup de rustacés.



Tout d'abord, 83 % de ceux qui ont adopté Rust au travail ont trouvé que c'était un "défi". Il est toutefois difficile de savoir dans quelle mesure ce constat est lié à Rust lui-même ou aux difficultés générales liées à l'adoption d'un nouveau langage de programmation. Pendant l'adoption, seuls 13 % des répondants à l'enquête ont trouvé que le langage ralentissait leur équipe et 82 % ont trouvé que Rust aidait leurs équipes à atteindre leurs objectifs.

Après l'adoption, les coûts semblent être justifiés : seulement 1 % des répondants ont estimé que le défi n'en valait pas la peine, tandis que 79 % ont déclaré qu'il en valait vraiment la peine. Lorsqu'on leur demande si leurs équipes sont susceptibles d'utiliser à nouveau Rust à l'avenir, 90 % sont d'accord. Enfin, parmi les répondants utilisant Rust au travail, 89 % ont déclaré que leurs équipes trouvaient la programmation amusante et agréable.

Quant aux raisons pour lesquelles les répondants utilisent Rust au travail, la réponse la plus fréquente est qu'il permet aux utilisateurs de "construire des logiciels relativement corrects et sans bogues", 96 % des répondants étant d'accord avec cette affirmation. Après la correction, la performance (92 %) est le deuxième choix le plus populaire. Au moins 89 % des personnes interrogées ont déclaré avoir choisi Rust au travail en raison de ses propriétés de sécurité très discutées.

« Dans l'ensemble, Rust semble être un langage prêt à relever les défis de la production, puisque seuls 3 % des répondants ont déclaré que Rust était un choix "risqué" pour une utilisation en production », indiquent les auteurs de l'enquête.

Les inquiétudes et les souhaits formulés par les rustacés

Les résultats de l'enquête montrent que dans l'ensemble, la communauté des utilisateurs de Rust se porte bien et continue de croître. Cependant, il reste des défis à relever. Le rapport indique que les temps de compilation - qui font continuellement l'objet d'améliorations de la part du projet Rust - ne sont toujours pas au niveau souhaité, 61 % des personnes interrogées ayant déclaré qu'il reste du travail à faire pour les améliorer. Toutefois, à la décharge de l'équipe chargée de la compilation, 61 % des répondants ont constaté une amélioration au cours de l'année écoulée.



Selon le rapport, les autres domaines nécessitant des améliorations sont l'espace disque (45 %), le débogage (40 %) et le développement d'interfaces graphiques (56 %). Il ajoute également que l'expérience de l'EDI (grâce à l'adoption et à l'amélioration constantes de divers outils tels que "rust-analyzer", IntelliJ Rust, etc.) est celle qui s'est le plus améliorée : 56 % des répondants estiment qu'elle s'est améliorée au cours de l'année écoulée.

En matière de louanges, les messages d'erreur du compilateur ont reçu le plus d'éloges, avec 90 % d'approbation de leur état actuel. Lorsqu'on leur a demandé quelles sont leurs plus grandes inquiétudes pour l'avenir de Rust, la réponse la plus fréquente est la crainte que l'utilisation dans l'industrie ne soit pas suffisante (38 %). La deuxième préoccupation la plus importante est que le langage devienne trop complexe (33 %). Cette crainte a été associée à un nombre relativement faible de personnes réclamant des fonctionnalités supplémentaires (en particulier celles qui ne sont pas déjà dans le pipeline).

Enfin, la troisième préoccupation la plus importante était que les personnes travaillant sur Rust ne trouveraient pas le soutien approprié dont elles ont besoin pour continuer à développer le langage et la communauté de manière saine (30 %). « Avec la création de la Fondation Rust, des structures de soutien sont en train de se mettre en place qui, espérons-le, permettront de résoudre ce problème, mais il ne fait aucun doute qu'il reste encore beaucoup de travail à faire », a conclu l'équipe.

Source : Rust Survey 2021

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous des tendances dans l'écosystème Rust ?
Utilisez-vous Rust en production ? Si oui, quel est votre retour d'expérience ?

Voir aussi

O'Reilly fait état d'un intérêt croissant pour la cybersécurité, l'IA, Go, Rust et C++, dans son enquête sur les nouvelles tendances technologiques

Microsoft, Google, AWS, Huawei et Mozilla s'associent pour créer la Fondation Rust, une organisation à but non lucratif chargée de gérer le langage de programmation

L'édition Rust 2021 et la version stable Rust 1.56 sont maintenant disponibles en téléchargement, la nouvelle édition du langage inclut la prise en charge des captures disjointes

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !